Avertir le modérateur

22/03/2008

Un bonheur ne venant jamais seul.

Gardez vos sous pour le bouquin, ce n'est pas un livre, de Guy Birenbaum chez RAMSAY. Il parle rigolottement du SMS de Nicolas d'avec Cécilia, si tu retiens.........j'arrête tout.

....Retiens la vie
Avec toi, elle parait si belle
Retiens la vie
Mon amour, qu'elle devienne éternelle
Pour le bonheur de nos deux cœurs
Arrête le temps et les heures
Je t'en supplie
A l'infini
.......Retiens la vie

Ne me demande pas d'où me vient ma tristesse
Ne me demande pas, tu ne comprendrais pas
En découvrant l'amour je frôle la détresse
En croyant au bonheur, j'ai peur Cécilia.

A peu près Charles Aznavour

Grand Single mat à lire gratos chez Léo.

Bon je ne vais pas tout faire non plus. Donc aujourd'hui rendez-vous chez Léo Scheer, collection M@nuscrits dix nouveaux textes/livres gratos, dont ,au moins deux pas mal. Pour une fois que l'on vous demande votre avis, au lieu de pleurer sur votre sort, lorsque vous voyez Zeller être édité. Votez chez Léo Scheer. Mardi je ramasse les copies. Pour les nouveaux du blog, les dix premiers de la liste. Mais vous pouvez tout lire.

21/03/2008

RV avec Pierre Assouline le 31 mars de 19 à 20H en vrai 274 boulevard saint Germain.

Les liens ne fonctionnent pas,

Lundis du CNL
Le Centre national du livre organise un cycle de conférences intitulé : « Les lundis du CNL ». Ces rendez-vous mensuels permettent au public de mieux connaitre certains auteurs de renom, ou des personnalités du monde de l’édition qui ont carte blanche pour orchestrer « leur » soirée.

La prochaine soirée :

Pierre Assouline
« Internet, les livres et la littérature »
http://passouline.blog.lemonde.fr
Soirée animée par Pierre-Louis Rozynès
Lundi 31 mars 2008 de 19h à 21h
Ambassade de Belgique,
Représentation générale Wallonie-Bruxelles
274 Bd Saint-Germain – Paris VIIe
Entrée libre dans la limite des places disponibles.
Réservation indispensable, 01 49 54 68 92,
patrice.morin@culture.fr


Archives disponibles sur BNF

Rencontre du lundi 28 janvier 2008
Richard MILLET
« Qu’en est-il de la littérature ? »
L’enregistrement de la conférence est en téléchargement. Originaire du Limousin, Richard Millet vit de sept à quatorze ans au Liban, pays de sa « deuxième culture », puis rentre à Paris. (...)

Lundi 25 février 2008
Jacques Julliard « Vers la démocratie d’opinion ? »
Jacques Julliard est né en 1933, il a été élève de l’Ecole Normale Supérieure, agrégé d’histoire en1958. Professeur au Centre de Formation des Journalistes de Paris de 1968 à 1973, il (...)

Rencontre du lundi 26 novembre 2007
Philippe Sollers : « Mémoires et Guerres secrètes », le 26 nov 2007
Philippe Sollers, de son vrai nom Philippe Joyaux, est un écrivain français né à Bordeaux le 28 novembre 1936. Son premier roman, Une curieuse solitude, est publié en 1958. Il est un des (...)

Rencontre du lundi 22 octobre 2007
Michel Winock :
« Clémenceau, archaïsme et modernité »
Michel Winock, né en 1937, est un historien français. Docteur en lettres, agrégé d’histoire, Michel Winock est un spécialiste de l’histoire des intellectuels, de l’histoire de (...)

Rencontre du lundi 25 juin 2007
Teresa Cremisi :
« Le métier d’éditeur »
L’enregistrement de la conférence est disponible en téléchargement. Repères biographiques Teresa Cremisi est née en 1945 à Alexandrie en Egypte dans une famille où l’on parlait (...)

Rencontre - lectures le lundi 23 avril 2007
Vénus Khoury Ghata : « de la poésie au roman »
Ecrivain d’origine libanaise, elle vit à Paris depuis 1972. Elle a publié une douzaine de romans, et autant de recueils poétiques. Elle a bâti au fil des ans une œuvre riche, (...)

Rencontre - lectures du 26 mars 2007
Marie Billetdoux : « Ecrire »
Rencontre avec Marie Billetdoux Lectures de lectures de Un peu de désir sinon je meurs (Albin Michel 2006) par Marianne Epin. Marie Billetdoux est née à Paris en février 1951. Après quelques (...)

Conférence du lundi 26 février 2007
Ran Halevi : « Conférences sur François Furet »
Lectures par Laurent Theis Né le 21.08.1950, en Israël. Spécialisation Histoire politique de la France, de l’Ancien Régime à la Révolution française. Formation 1975 : B.A. (Histoire) : (...)

Rencontre-lecture du lundi 29 janvier 2007
Yann Queffélec :
« Le métier d’écrivain »
Yann Queffélec est un écrivain français né à Paris en 1949. Il est le fils de l’écrivain breton Henri Queffélec et le frère de la pianiste Anne Queffélec. Bien qu’il vive encore à (...)

Conférence du lundi 24 avril 2006
Marcel Gauchet :
« Regards sur la politique »
Auteur d’une des œuvres les plus importantes dans le domaine de la pensée, Marcel Gauchet, en une douzaine de livres, a abordé la philosophie, la sociologie, l’histoire, (...)

Lecture-conférence du lundi 29 mai 2006
Daniel Rondeau :
« Littérature notre ciel »
Lundi 29 mai à 18h30 Rencontre avec Daniel Rondeau. Lecture par Phillipe Noiret Conférence de Christian Jambet Biographie* Daniel Rondeau est écrivain et éditorialiste au journal (...)

Conférence-rencontre du lundi 27 nov. 2006
Claude Durand
« Le métier d’éditeur »
L’enregistrement de la conférence est disponible en téléchargement ci-contre. Biographie Né en 1938 dans la région parisienne Enseignant 1965-1978 : Directeur littéraire aux Éditions du (...)

Rencontre, débat, lectures le 30 octobre 2006
Angelo Rinaldi
« la littérature dans tout ses états : du journalisme au roman »
Soirée animée par Jacques-Pierre Amette Angelo Rinaldi, né le 17 juin 1940 à Bastia, est un romancier et critique littéraire français. D’ascendance italienne, fils de Pierre-François (...)

Rencontre, lecture le 25 sep. 2006
Anna Moï : « écrivains expatrides » : manifeste pour un dialogue transculturel
Styliste, chanteuse, écrivain, Anna Moï, née en 1955 à Saïgon, écrit des livres français au Vietnam et interprète des chansons vietnamiennes en France. Le 25 septembre, le CNL lui donne carte (...)

Conférence du lundi 27 mars 2006
Mona Ozouf :
« Varennes l’événement régicide »
Philosophe et historienne française, Mona Ozouf est notamment spécialiste de la période révolutionnaire. Elle est venue le lundi 27 mars au CNL tenir une conférence intitulée « Varennes, (...)
Dialogue-débat du lundi 26 juin 2006
Débat entre Régis Debray et Robert Abirached : « La situation faite au théâtre aujourd’hui »
L’enregistrement du débat est disponible ci-contre. Régis Debray réussit brillamment le concours d’entrée à l’École normale supérieure en 1960 : il entre cacique, puis passe (...)

Lire en fête. A vos livres!!!!

Lire en fête
10, 11 et 12 octobre 2008
Thématique nationale : la jeunesse.
« Le livre de jeunesse et la lecture des jeunes »
Nuit de l'écrit dans la soirée du 10 au 11 octobre

Des informations relatives à l'organisation générale de Lire en fête 2008 seront prochainement disponibles.
Pour être tenu informé, vous pouvez vous inscrire à la lettre d'information

Les demandes de subvention pour les animations littéraires organisées dans le cadre de Lire en fête
doivent être adressées au commissariat général de Lire en fête avant le 9 mai 2008.

Le site de Lire en fête 2007 est toujours en ligne.

CONTACTS

Service communication et événements du Cnl
Commissariat général de Lire en Fête

- Chef de service : Xavier Froment
- Assistant : Patrice Morin - 01 49 54 68 92
- Relations presse et relations publiques : Marilyne Arcaini - 01 49 54 68 65
- Assistante financière et logistique : Isabelle Turel - 01 49 54 68 64
- Webmestre / coordination programme : Joachim Breton - 01 49 54 68 44

Bureau de la vie littéraire,
subventions dans le cadre de Lire en Fête

Chef de bureau : Michèle Thomas / 01 49 54 68 91

20/03/2008

Gallimard livre en livres électroniques

Mais c'est pas pour tout de suite.

Shadoké par martingrall sur ZDNet France par Estelle Dumout,

La maison d’édition numérise son catalogue, dont certains ouvrages remontent à 1911, à la fois pour sauvegarder son patrimoine et promouvoir ses livres. Mais vendre ces fichiers numérisés n’est pas d’actualité faute d’un marché en place.

Les livres électroniques étaient en vedette au Salon du Livre, sur l'espace réservé aux lectures numériques. Mais pour séduire les utilisateurs, un marché autour de la création et la fourniture de contenus doit désormais se structurer. « La vente de livres numériques n'est même pas marginale, elle est quasi inexistante pour nous, et on ne voit rien venir pour l'instant », explique à ZDNet.fr Alban Cerisier, chargé des développements numériques au sein de la maison d'édition Gallimard. « La raison est simple : il n'y a pas encore de gros acteurs qui sont venus chambouler la donne. »

Alain Perrot, « business development manager » chez I2S, une société qui fabrique des scanners pour numériser les ouvrages, confirme : « Tant que l'offre restera obnubilée par l'idée de refaire LE livre électronique, ce sera compliqué », souligne-t-il. Selon lui, le marché de la diffusion électronique est très restreint pour les romans ou les ouvrages dits de lecture. « Qui aurait besoin de stocker plusieurs centaines ou dizaines de romans sur un appareil, sauf à vivre sur une plate-forme pétrolière pendant un an ? », illustre-t-il.

« Il faut que l'offre de contenus apporte une valeur ajoutée et cohérente, comme ce que proposent par exemple Les Echos, avec la possibilité de consulter le journal sur le livre électronique. Dans le cadre d'une utilisation professionnelle, cela fera sens », prédit-il. Mais cela signifie que les livres électroniques vont devoir grandement progresser : il leur faudra ajouter la couleur à leurs écrans, plus de connectivité, via le Wi-Fi ou la 3G, et des fonctionnalités et services complémentaires. « Dans ce contexte, les livres électroniques entreront plus en concurrence avec le marché des micro-ordinateurs. »

Gallimard veut maîtriser le « feuilletage »

Pour autant, Gallimard n'entend pas rester inactif sur le secteur de la numérisation de son catalogue : « Nous sommes en train de procéder à la numérisation des 30 000 ouvrages qui constituent notre fond », poursuit Alban Cerisier. La maison d'édition utilise les fichiers numérisés pour son propre usage patrimonial, pour conserver les ouvrages qu'elle édite depuis 1911.

Elle entend aussi s'appuyer sur le numérique pour assurer la promotion en ligne de ses livres grâce aux services de « feuilletages », qui permettent la consultation sur internet d'extraits des oeuvres. « Il s'agit pour nous d'une opportunité de promotion des ouvrages, avec la possibilité de renvoyer vers un achat physique », explique Alban Cerisier. Pour l'instant Gallimard n'a pas passé d'accords avec les mastodontes du secteur, comme Google et Amazon, qui proposent de tels services. « Nous avons une réserve de principe et de droit sur la numérisation sans autorisation effectuée par Google », note le responsable.

De plus, Gallimard souhaite maîtriser ses fichiers : « On peut considérer, en tant qu'éditeur, que nous avons notre mot à dire, en concertation avec l'auteur, sur ce qui peut être feuilleté ou non, sur les pages qui sont les plus représentatives d'un ouvrage. » C'est pourquoi la maison d'édition veut d'abord proposer, à court terme, un service de feuilletage à partir de son propre site internet, avant d'ouvrir ensuite ses bases de données à d'autres sociétés.

La reconnaissance optique fiable à 99 %

Le processus de numérisation est classique : il faut réaliser une image (un scan) des pages des livres, puis grâce à des technologies de reconnaissance optique de caractère (OCR), convertir à nouveau ces images en texte, dans un fichier numérique. Il y a toutefois un hic : les technologies OCR sont fiables à 99 %, c'est-à-dire qu'elles laissent passer en moyenne une erreur sur cent.

« C'est correct si on se sert uniquement du fichier numérique pour trouver la bonne page, comme par exemple dans les services de Google », précise Alain Perrot d'I2S. Mais en revanche, c'est largement en dessus des standards du secteur pour la publication d'un ouvrage par exemple : le niveau d'exigence pour un relecteur correcteur humain, dans l'édition, est de laisser passer seulement une erreur sur dix mille, rappelle-t-il.

D'où la nécessité pour les maisons d'édition d'adapter leur stratégie de numérisation, en fonction de l'utilisation future des fichiers. « Si l'on veut rééditer un ouvrage, sous un autre format, il faut un texte numérique quasi parfait, que l'on ne peut obtenir que par une technologie OCR complétée par une relecture humaine. » Ce qui entraîne forcément des coups supplémentaires pour les maisons d'édition.

Autant de raisons qui expliquent pourquoi Gallimard avance à pas comptés vers l'étape suivante, la vente de fichiers numérisés : « Pour l'instant, nous faisons une veille sur les usages », explique Alban Cerisier. « Nous ne serons pas forcément diffuseur et distributeur en direct de ces fichiers », même si la maison d'édition réfléchit à la gestion d'une partie de ces services en interne. « Idéalement, nous souhaiterions recréer un équivalent numérique de notre diffusion et de notre distribution physique », conclut le responsable.

19/03/2008

Un nouveau sigle Mi Ti.

Un nouveau sigle Mi Ti.

L’Editeur Léo Scheer n’a pas fait salon, du livre, pour les autres avec des bulles ?
Et si le bougre avait encore raison. Ben.
Les salons en grandes nefs de grand-messes à incantations obscures et incompréhensibles sont voués à une mort certaine. Le livre électronique va détruire le livre. Ah bon?
Il en va ainsi de tous les morts ressuscités.
Pensez-donc un pied de nez de cette taille, voir Cyrano pour les adjectifs, ……une péninsule. Car Léo fait blog à part et ça pousse. Et l’herbe tout autant que les auteurs. Et depuis peu les libraires avec le nouveau prix B des libraires. Donc le sigle Mi To comme mythomane, rien n’est moins sur dans l’usage du ii grec toujours très féminin.
Mais Que Léo Scheer préfère internet au salon ! Ca c’est Mi To.
En chtit cela ferait Mi et Ti très bonne correspondance de la conversation, moi et toi, un Editeur-un Lecteur. Un Auteur-un Lecteur, Un Auteur-un Editeur (Vous avez vu j’ai mis une majuscule à tout le monde)

Aujourd’hui écrire un livre devient difficile,

pour être lu et bien lu, compris, j’entends. Et en France être lu, celui que l’on partage, revient à une gageure. Pas de temps. Disons que nous n’avons pas le temps, jamais eu le temps. Cependant qu’est ce ? Un livre n’est autre qu’un passage, une rencontre, un complément sensible, des séquelles incidentes et contrecoups. L’ébauche de ce lecteur, dont lui seul, oui, lui seul, comblera les manques. Il ne suffit plus d’écrire et « Ce manuscrit trouvera bien son public » Il faut comme en poésie écrire pour un seul lecteur, les autres, tous les autres, de l’éditeur aux critiques, aux libraires, aux lecteurs, voulant faire parti du don unique, et à force et par force faire de celui-ci une générosité.

Et pour ça ni règle ni école.

initiation aux techniques des images feuilletées

Shadoké par martingrall.

Le flip-book, c’est un peu du cinoche. Samedi 22 mars, entre 14h00 et 15h00, l’artiste Jean-Vincent Sénac propose à la Librairie Lis-Voir (dans le 11e, à Paris) un atelier pour s’initier aux techniques des images feuilletées. Inscription par mail ou en passant à la librairie.

18/03/2008

Internet ajoute des clients au papier. Eh ouais!

Internet tueur de la presse papier ?

Shadoké par martingrall sur l'expansion

Pas forcément. Heu si!

Aux Etats-Unis, selon un rapport, les journaux ont gagné des lecteurs grâce aux sites internet.

Les journaux ont gagné des lecteurs aux Etats-Unis en 2007, contrairement aux prédictions annonçant une désertion du lectorat de la presse écrite au profit de l'internet.
Selon un rapport publié lundi. « Les observateurs avaient tendance à voir la technologie comme une force de démocratisation des médias et le journalisme traditionnel comme s'acheminant vers le déclin », écrit le centre de recherches Pew Research. « Mais même avec cette multiplication des sources, davantage de lecteurs consomment ce que produisent les anciennes salles de rédaction de la presse écrite », confirme-t-il sur le rapport où ont été étudié quelque 70.000 articles de journaux, sites internet et émissions de télé et radio.

Alors que la circulation des journaux quotidiens imprimés est tombée de 2,5% en 2007, le lectorat des quotidiens a plus que doublé. « Si l'on prend en compte l'audience constituée par les lecteurs exclusifs des sites des journaux sur le net, qui est en pleine croissance, vous avez une audience globale de la presse qui s'affiche en hausse et non à la baisse », note le rapport.

Sur internet, les « vieux » médias ont considérablement évolué passant d'une simple reproduction sur le web de leurs parutions écrites à des sites interactifs et innovants. Les journaux sont même devenus un acteur majeur de l'internet. Parmi les sites d'informations américains, celui du New York Times par exemple arrive en cinquième position avec 14,7 millions de lecteurs par mois.

Mais!
Revenons au livre et lson auteur. Les boulimiques de la lecture déglutissent cinq ouvrages par an! C'est une moyenne! Mais c'est peu. Le net le sauvera-t-il ? Pas sur! Pour beaucoup un livre est un brise ennui, et le net a de la ressource pour distraire. il en a tout autant pour apprendre le plaisir de lire.

A suivre.

La loi Olinennes pour le livre, Bien? Pas sur!

Dernière ligne droite pour le projet de la loi Olivennes

Shadoké par martingrall,

La route est longue mais la pente est rude.

Dernière ligne droite pour le projet de loi Olivennes. Selon les Échos, il devrait être envoyé au Conseil d’État dans les jours à venir. Selon nos informations, le texte devait être présenté début avril au Sénat. Il pourrait maintenant prendre un peu de retard pour n’être soumis à l’examen parlementaire qu’en mai. Une déclaration d’urgence accélérera son adoption en supprimant le ballet incessant de navettes entre les deux chambres.

Une réunion interministérielle a eu lieu jeudi dernier pour apporter les touches finales avant les éventuels arbitrages du premier ministre. L’une des pierres d’achoppement concerne les mesures que pourra prendre la haute autorité pour la diffusion des œuvres et la protection des droits sur internet (Hadopi).

Dans l’une de ses versions originales, le texte prévoit que la Hadopi peut, à l’issue d’une procédure contradictoire, « ordonner aux prestataires de services de communication au public en ligne toute mesure propre à prévenir ou à faire cesser une atteinte à un droit d’auteur ou à un droit voisin occasionnée par le contenu d’un tel service ». Certains voient cependant d’un mauvais œil cette mesure qui implique nécessairement une surveillance étroite des contenus échangés.

Dans les engagements Olivennes, signés par les FAI, ceux-ci se sont engagés à collaborer avec les ayants droit sur les modalités de déploiement à large échelle d’un filtrage des réseaux. Dans un délai qui ne pourra pas excéder 24 mois à compter de la mise en place de l’Hadopi, ils devront en outre expérimenter ce filtrage sur large échelle, afin d’en déployer les mesures, mais à la condition que ces résultats s'avèrent probants.

De fait, le projet Olivennes indique aussi que les FAI informeront leurs abonnés de l'existence de moyens techniques permettant à chacun de prévenir ou restreindre l'accès à certains services. Libre à l’abonné d’utiliser ces moyens, en son âme et conscience, mais le choix sera crucial en cas de mise en cause du propriétaire de la ligne pour des échanges illicites.

En théorie, celui qui aura appliqué les outils devrait mieux pouvoir se défendre que celui qui a rejeté en bloc. Les procédures de sanction se concrétiseront par la riposte graduée où après deux alertes par courriers, une transaction pourra avoir lieu : soit la suspension d’un à six mois de l’abonnement, soit une comparution directe devant un juge dans un vrai procès, pour ces abonnés récalcitrants, une suspension d’un an est prévue. Dans tous les cas, le propriétaire de la ligne mis en cause par les majors via l’Hadopi et les FAI, continuera à payer l’abonnement.

Rédigée par Marc Rees le lundi 17 mars 2008 à 15h51 (11489 lectures)

mise en ligne de Ma Champroux, un texte de Liliane Giraudon,

Proposé par martingrall, :-;

Ha ouais! Toujours 2556 abonnements, alors un petit clic pour une grande littérature, et puis le copié-collé c'est pas mon fort.

Inventaire/Invention

Paris, le 18 mars 2008

Chers Amis,

Cette semaine, nous vous proposons la mise en ligne de Ma Champroux, un texte de Liliane Giraudon, dix-huitième contribution à la série Biographies.

et nous vous signalons également la prochaine carte blanche d' Anne Luthaud à la médiathèque de Bagnolet mercredi 19 mars, à 19h.

Dans le cadre de sa résidence en Seine-Saint-Denis, initiée par le Département de la Seine-Saint-Denis avec la Ville de Bagnolet, Anne Luthaud invite la musicienne Hélène Labarrière et la comédienne Nathalie Richard.

Improvisation musicale d'Hélène Labarrière autour de la lecture, par Nathalie Richard, de textes d'Anne Luthaud.Interprétation par Hélène Labarrière de quelques unes de ses compositions musicales.

>>> Médiathèque de Bagnolet
Entrée libre et gratuite. Réservation conseillée auprès du Bureau du Livre du CG 93 : capollet@cg93.fr -
T : 01 43 93 75 18 ou auprès de la Médiathèque : dominique-mace@ville-bagnolet.fr

médiathèque de Bagnolet / 1 rue marceau

Bien amicalement,

La rédaction

le numérique sauvera-t-il le livre comme il sauve la Gaîté.

Proposé par martingrall,

L’art numérique est en passe de sauver le théâtre parisien de la Gaîté-Lyrique. Youpi.
Un p'tit bisou mais point trop n'en faut.

Qui qui a battu la drôle de l'UMP
Qui qu'habite la rue Quincampois ?
Qui qu'a bu mon sirop d'orgeat ?
Qui qui s'est fait un coupe-papier
Avec l'épée de l'UMP?
C'est l'Bertrand Delanoé

C'est Bertrand
C'est encore Bertrand
C'est toujours Bertrand
Qui voulez-vous que ce soit ? A peu près NinO FerreR

Depuis les années 1970, cet édifice somptueux, construit en 1861, est peine à trouver sa place dans le paysage culturel de la capitale. Mais son sort vient d’être scellé par Bertrand Delanoë, tout juste réélu à la mairie de Paris.

Dès 2010, la Gaîté-Lyrique accueillera un centre des arts numériques et des musiques nouvelles. C’est donc le projet de Patrick Zelnik, Steven Hearn et Jacques Delormas qui aura été retenu. Conséquence : le théâtre se verra doté d’un budget annuel de 9 millions d’euros (dont plus de la moitié provient de la municipalité).


Art et high tech
Le projet prévoit un espace de 11 000 m² transformé en « théâtre des médias », une salle de conférence, une médiathèque, une galerie de 800 m² et des résidences pour les artistes qui seront amenés à y exposer. Le programme futur prévoit trois expositions annuelles et des centaines de performances mêlant art et high tech.


Donc théâtre des médias, et de l'édition ça aurait de la gueule

Keljob se met à l'évaluation des salaires

Par martingrall.
je n'ai pas encore essayé pour le monde de l'édition, mais c'est à entreprendre. En tout cas très bonne initiative.

Donc sans surchrage ni rature, le billet de de Sandrine Chicaud, 01net,

Le moteur de recherche d'emploi sur Internet Keljob vient de lancer un nouveau site gratuit d'information sur les salaires www.kelsalaire.net.

Lorsqu'on fait ses premiers pas sur le marché du travail, on n'a souvent aucune idée du salaire auquel on peut prétendre. Même scénario lorsqu'on s'apprête à changer de métier, ou simplement de poste. Les candidats en quête d'un emploi, ou simplement en veille, manquent cruellement d'informations sur les rémunérations. Fort de ce constat, le moteur de recherche d'emploi sur Internet, Keljob (groupe Adenclassifieds) propose un nouveau site d'informations sur les salaires, baptisé Kelsalaire.
En rentrant un mot clé dans le moteur de recherche, l'internaute peut ainsi glaner des informations à travers des fiches spécialisées. Exemple concret. Pour le « responsable sécurité informatique », il obtient cette réponse synthétique : « selon la taille et la nature de l'entreprise, la rémunération mensuelle nette d'un responsable sécurité s'échelonne entre 3 500 et 4 600 €. Tout dépend de son ancienneté dans la fonction ou l'entreprise ».
Baromètre des salaires
Les candidats accèdent aussi à un baromètre des salaires, précieux pour connaître le niveau de rémunération qui se pratique sur le marché. Celui-ci repose, d'une part sur les statistiques des salaires déclarés par les internautes ayant déposé leur CV sur cadremploi.fr (le site partenaire de Keljob), et d'autre part, sur les statistiques des rémunérations proposées par les recruteurs ayant déposé leurs offres d'emploi sur ce site.
Outre ces outils pratiques, Kelsalaire offre tout un contenu éditorial sur le thème des salaires, avec des articles (un focus sur le secteur de l'informatique, par exemple), des conseils, des liens vers d'autres sites traitant de la problématique des salaires.

16/03/2008

Aussi s’inscrit dans la modernité, le mécénat d’auteur par web marketing.

Le livre d’auteur injecté dans le circuit de la diffusion est soumis au mécénat, chacun le sait. L’Editeur devant gérer, ses auteurs à ventes compte-goutte, et ses auteurs de meilleures audiences, les mécènes, assurant le trésor de guerre, nécessaire à la poursuite de l’activité.
L’auteur est soumis à ce même mécénat lui permettant de passer un an par livre et vivre, un peu.
Avant d’écrire le cinquième manuscrit le consacrant, l’auteur doit en écrire quatre peu ou pas diffusés. Donc.
Aujourd’hui, en fait depuis une petite dizaine d’années, les groupes de musique progressive souvent jetés de leur maison de disques, lancent leur site d’autofinancement.
Initialement c’est souvent un fan, totalement inconnu des groupes, qui lance le premier site, puis devant le buzz produit il est récupéré ou non par le groupe et son producteur, puis introduit, en bourse. Un jour ou l’autre, même maudit, un auteur doit se trouver un public.
Et ainsi, la bourse, comme dans n’importe quelle industrie, fut-elle de culture et de savoir, devient le juge de paix du groupe. Avec 10 000 € t’as plus rien en miouzique. Mais avec 10 000 € on a des auteurs. D’autant qu’un groupe de miouzique trouvant sa base de fans soulève plutôt 100 000 €. Donc.

Ouvrons la souscription de jeunes auteurs sur le net.

Comment et pour qui ? Et avec qui ?

Réfléchissons.

15/03/2008

70 ans pour le dépot légal.

Créé en avril 1938, le dépôt légal des phonogrammes fêtera ses soixante dix ans d’existence le mois prochain. L’anniversaire sera célébré en octobre avec, au programme, deux journées d'études et une manifestation autour d’un projet de réédition d’EMI à partir du contenu des urnes de l'Opéra.

Wagram développe ses éditions

Coquille restée vide depuis sa création, il y a trois ans, Wagram Publishing prend du volume avec une équipe fraîchement repeinte.

Après avoir implanté les éditions Strictly Confidential en France (Miossec, Dionysos, Tom Poisson…), Catherine Cuny prend la direction de Wagram Publishing. Ce n'est pas le pactole wagram existent depuis trois ans, pour quelques plages de Gérald Genty, Jean Guidoni et Nicolas Dri. »

Elle est épaulée par Catherine Rouyer, responsable administrative et copyright. Et se constitue en ce moment, un pool d’auteurs, compositeurs et interprètes

« Nous ne sommes pas dans une logique de part de marché, conclut C. Cuny. Nous allons faire notre métier d’éditeur, à notre rythme, en bénéficiant de l’image de marque incroyable de Wagram. »

Donc: celles ou ceux qui fricotent dans les textes pour musique, c'est à voir.

Je ne connais pas (encore) m'Dame Cuny Mais c'est VOTRE petite entreprise
Oui l'adresse! voila voila, c'est au 113 rue Saint-Maur à Paris.

Shadoké sur musique-info

Viva le saussisson d'Arles de la maison des éditeurs.

La Maison des éditeurs d'Arles, due à l'initiative de Bernard Coutaz, proposera des équipements collectifs, de façon à mutualiser les coûts : salles de réunions, local de stockage de livres, reprographie couleur à grande vitesse en réseau, salle de repos et repas, réseau informatique, permanences gratuites d’experts en gestion, finance, fiscalité, etc. Le tout à un prix attractif de l’ordre de 150 € HT/m2/an. Cet espace sera opérationnel courant 2008.

Cette Maison sera subventionnée en grande partie la région, notamment en ce qui concerne les rémunérations d’un directeur et de sa secrétaire.

Olivennes a des fuites.

Olivennes: fuites du projet de loi


Le site Numerama.com s’est procuré une version provisoire du « projet de loi Olivennes », qui prévoit de modifier le titre III du code de la propriété intellectuelle. Dans sa section 3, le document décrit la composition et les attributions de la future haute autorité pour la diffusion des œuvres et la protection des droits sur Internet. Celle-ci aura, donc, « une mission de protection des œuvres et des objets protégés par le droit d’auteur », « d’observation de l’offre légale et de l’utilisation illicite de ces œuvres », « de régulation et de veille dans les domaines des mesures techniques de protection et d’identification des œuvres. » Cette haute autorité sera composée d’un collège et d’une commission de protection des droits. Le collège comprendra cinq à sept membres élus pour six ans. La commission en comptera trois, nommés par décret pour une durée, également de six ans. Le président est élu en son sein, par ses membres. Comme prévu, tout titulaire d’un accès à Internet convaincu de téléchargement illégal se verra envoyer « un courrier électronique constatant le manquement à l’obligation prévue [par la loi], lui enjoignant de respecter cette obligation et l’avertissant des sanctions encourues en cas de renouvellement du manquement ». Au second manquement, dans un délai de six mois, c’est une suspension de l’accès à Internet pour un mois qui s’appliquera. Et, en cas de renouvellement sous six mois, c’est une résiliation de l’abonnement avec impossibilité de souscrire à tout nouveau contrat pendant un an…

14/03/2008

Tiens pascal Nègre va tirer sur les rémunérations des auteurs

Un petit morceau de l'ITW de Pascal Nègre d'Universal Music. France pour musique info,

On parle beaucoup de diversification des revenus en maisons de disques. Quels sont les projets d’Universal ?
Nous avons entamé cette diversification depuis longtemps. Universal a racheté l’Olympia en 2001, coproduit des comédies musicales et, plus récemment, la tournée de Michel Polnareff. Mais nous n’avons pas pour ambition de racheter un producteur de spectacles, par exemple. En revanche, nous souhaitons clairement nous développer sur le merchandising et des annonces seront faites à ce sujet dans les semaines à venir. Sur le management, nous sommes également en pleine réflexion. De manière générale, nous avons envie de développer une palette de services à l’artiste.

Vous plaidez par ailleurs pour une meilleure rémunération de la musique…
Il est temps que les utilisateurs de nos masters, radios, magasins et autres, payent un juste prix. Les droits voisins sont, pour les producteurs et les artistes, d’un poids très important pour équilibrer la balance entre les ventes physiques et digitales, entre l’ancienne économie et la nouvelle économie. Peut-on m’expliquer pourquoi un artiste joué en radio et son producteur doivent toucher moins que celui qui a écrit la chanson et qui l’édite ?* Notre objectif est donc d’aligner le barème des droits voisins sur celui des droits d’auteur. Cela représenterait environ 100 MÄ de plus pour les producteurs et interprètes. C’est un combat fondamental. Nous sommes en pleine discussion avec les radios, qui sont encore bien loin de ce que l’on attend d’elles.

* Certes, mais écrire c'est long.

Vas-y Charlie, passe le droit (des) voisins à 95 ans

Les droits voisins étendus? N'oublions pas que Voisin était un fier fabricant de belles bagnoles, hélas aujourd'hui remplacé par Aston Martin, Bentley...... tout ce qui se croise sur la Croisette. Ben c'est que vous leur cédez vos droits pour pas rond. Et eux les vendent.

Oh! Vu de l'œil bancaire enthousiaste de l'auteur, que c'est beau un commissaire européen.

e39fb17b393863af83190926d8bb649d.jpg


Le commissaire européen Charlie McCreevy, c'est lui la, au-dessus, a indiqué le 14 février son intention de proposer une extension des droits voisins de 50 à 95 ans (durée acquise aux États-Unis en 1998) au sein de tous les pays de l’Union. On avait senti Bruxelles favorable à cette mesure lors des Rencontres européennes des artistes organisées par l’Adami en novembre.

Oui. Mais. N'oubliez pas que lorsque vous faites paraître un texte sur un blog ou Facebook ou Myspace (espace Murdoch) c'est mieux en l'écrivant, vous cédez tous vos droits à l'hébergeur et vous reste que dalle. Sans majuscule.
Avec Dalle, Béatrice on peut négocier.

....,dans les boulots à faire, rédiger un texte sur les droits cédés aux hébergeurs et aggrégateurs de bogs par les jeunes auteurs de type blanche neige.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu